Chantal, 61 ans, Savigny

Chantal a grandi à Lausanne. Elle était fille unique. Dès qu’elle a pu, elle a mis de la distance avec la ville. Elle est partie vivre à la campagne juste après ses études et y vit toujours.

Un portrait radiophonique à écouter sur la page de l’émission «A L’abordage», sur RTS-La 1ère

Chantal, 61 ans, Savigny, avec un de ses chats, devant sa guirlande de physalis.

Je l’ai rencontrée dans son village de Savigny, à une dizaine de kilomètres de Lausanne. Tout près des forêts du Jorat, face au panorama des Alpes fribourgeoises. C’est là qu’elle vit avec ses chats, qui la suivent dehors dès qu’elle va dans son jardin potager (une activité qui l’occupe plusieurs heures par jour à la belle saison).

La rencontre avec l’autre passionne Chantal, et aussi la transmission. Parmi les fils qui guident sa vie, il y a le chant géorgien qu’elle transmet depuis quelques années. Et aussi les enfants, qui l’occupent depuis toujours. Les siens —elle en a deux—, et aussi ceux des autres. Elle tient un jardin d’enfant depuis plusieurs dizaines d’années et aujourd’hui des parents qui ont fréquenté son lieu d’accueil lui amènent leurs propres enfants.

A 61 ans, elle parle de la vie et de son travail avec beaucoup d’enthousiasme.

Un portrait réalisé pour l’émission de Lucas Thorens «A l’abordage», diffusé sur la RTS-La 1ère le 4 novembre 2019.

Sujets

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *