La beauté, c’est la santé

Épisode 2/5 de la série Peuples autochtones, guérissez-nous!

Dans un laboratoire parisien, des ingénieurs conçoivent des cosmétiques qui synthétisent « la magie et la science ». Ici, des Ashaninka du Pérou et une chamane shipibo partagent leurs plantes et leurs savoirs avec Daniel Joutard, le directeur. Il refuse de déposer des brevets et veut aller plus loin que le commerce équitable – qui rémunère le producteur, mais pas les détenteurs du savoir traditionnel. La beauté, c’est une préoccupation partagée aussi par les Yupiks de Sibérie comme nous l’apprend Olga Cetykai Csonka à l’Université du vivant. Chamane issue de ce peuple de nomades du Tchoukotka, à l’extrême nord-est de la Russie, son village collabore aujourd’hui avec les scientifiques occidentaux.

Ecouter le podcast du reportage La beauté, c’est la santé, diffusé dans « Vacarme » le 10.09.2020 sur RTS-La 1ère.

Ecouter les autres reportages de la série sur les savoirs autochtones: 

1/5 L’esprit de la plante 
3/5 Les brevets sans partage
4/5 Voyage au tambour
5/5 Des baies amérindiennes en terre vaudoise
Les Échos de « Vacarme »

Pour le chamane, l’esprit de la plante participe à la guérison tout autant que ses molécules. Pour le chercheur occidental, une plante est une « ressource génétique » dont on peut isoler, extraire et breveter des principes actifs pour fabriquer, par exemple, des médicaments. Ces deux visions de la nature semblent inconciliables. En réalité, elles ne sont pas étanches, car les savoirs voyagent : des Européens s’inspirent du chamanisme pour réenchanter leur monde occidental, des autochtones de Guyane contestent des brevets déposés par un institut de recherche pendant qu’au Pérou, d’autres se forment à l’approche matérialiste des herbes médicinales… Que racontent ces échanges, volontaires ou subis, de notre lien avec le monde vivant ?

Peuples autochtones, guérissez-nous!
5 reportages de Samuel Socquet
Réalisation: David Golan
Production: Laurence Difélix

Sujets

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *